Le long de la Main cosmopolite
21 septembre 2017

Le long de la Main cosmopolite. Promouvoir, vivre et marcher le boulevard Saint-Laurent à Montréal

Parution du 17e numéro de la collection « Patrimoines urbains »

Auteur: Marie-Laure Poulot

Résumé

À Montréal, le boulevard Saint-Laurent résume à lui seul les différentes dimensions du cosmopolitisme. L’artère représente autant une coupure dans la ville – la frontière entre les « deux solitudes », francophone et anglophone – qu’une couture, puisqu’elle a été un lieu d’accueil privilégié pour les nouveaux venus tout au long du XXe siècle. Dans cet ancien corridor de l’immigration, devenu espace d’échanges et de récits, se rencontrent et parfois se confrontent les diverses expressions du cosmopolitisme (commerciale et quotidienne, politique et culturelle).

Marquée par l’empreinte de différents pouvoirs et soumise à de multiples jeux d’influences, la rue patrimonialisée est l’objet de politiques contrastées, en quête d’images et de stratégies. Fortement valorisés dans le marketing urbain, le boulevard Saint-Laurent et ses quartiers demeurent toutefois des lieux d’incarnation privilégiés de l’identité montréalaise qui offrent un cadre à certaines de ses figures et de ses ambiances les plus remarquables. S’y déclinent de multiples expériences citadines, où se construisent les formes d’un cosmopolitisme de quartiers, enjeu politique autant qu’image de marque. L’enquête rapportée dans cet ouvrage témoigne d’une pratique approfondie des quartiers traversés par le boulevard, s’appuie sur les représentations littéraires, artistiques et citoyennes qu’ils inspirent et s’attarde à comprendre les relations entre ses différents acteurs – commerces, associations et administration municipale.

2017, 432 pages, G4708, ISBN 978-2-7605-4708-7

Marie-Laure Poulot, professeure agrégée, est docteure en géographie de l’Université Paris Ouest Nanterre. Ce livre est tiré de sa thèse soutenue au sein de l’UMR LAVUE (Unité mixte de recherche Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement). Elle enseigne aujourd’hui à l’Université de Cergy-Pontoise et est membre associée du laboratoire MRTE (Mobilités réseaux territoires environnement). Ses recherches portent sur les problématiques patrimoniales et la diversité culturelle dans les espaces publics urbains.

 

Pour commander
« Retour