placeholder publication
30 octobre 2013

L’emploi de représentations identitaires dans les projets urbains montréalais : le cas du secteur Valois/Ontario. Mémoire de Philippe Cossette (2013).

Cossette, Philippe (2013). « L’emploi de représentations identitaires dans les projets urbains montréalais : le cas du secteur Valois/Ontario » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études urbaines.

Résumé

L’idée de ce projet de recherche m’est initialement venue quand j’ai constaté l’omniprésence des préoccupations à l’égard de l’identité du lieu en aménagement à Montréal. Cette étude a pour objectif de mettre en lumière un certain nombre de processus qui conduisent les aménagistes à employer des représentations identitaires dans leurs projets. Une approche inductive a été préconisée, c’est-à-dire que ce mémoire propose l’examen de cas particuliers pour expliquer des phénomènes plus larges. En procédant à l’analyse de la revitalisation du secteur Valois/Ontario dans l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, il a été possible d’identifier la manière et les conditions de l’usage de l’identité en architecture, en urbanisme et en design urbain. Trois grandes hypothèses ont été validées en cours de cette recherche. Premièrement, le recours à l’identité s’explique en partie par un moment d’effervescence provoqué par le projet urbain au chapitre des représentations du territoire. D’une part, les aménagistes vont eux-mêmes qualifier leur secteur d’intervention et mettre en place des récits qui justifient leurs intentions. D’autre part, des imaginaires préalablement associés au territoire peuvent influencer la conception des projets urbains. Deuxièmement, le recours à des représentations identitaires s’explique par l’écosystème dans lequel le projet se déploie. Certaines pratiques, comme l’emploi de références au contexte environnant par l’architecture, sont particulièrement encouragées par certaines instances municipales et certaines organisations. Troisièmement, l’avènement des préoccupations à l’égard du patrimoine de proximité incite les aménagistes à employer des représentations identitaires. Conséquemment, le projet urbain peut être considéré comme un instrument de protection et de transmission des caractéristiques d’un milieu de vie.

MOTS-CLÉS : Hochelaga-Maisonneuve, place Valois, Montréal, urbanisme, projet urbain, identité, logement social et communautaire, patrimoine, design urbain

Pour télécharger

« Retour