placeholder publication
19 novembre 2010

L’architecture monumentale à caractère civique dans les Cantons-de-l’Est de 1855 à 1914 : étude de cas : le district judiciaire de Bedford. Mémoire de Chantal Lefebvre (2010).

Lefebvre, Chantal (2010). « L’architecture monumentale à caractère civique dans les Cantons-de-l’Est de 1855 à 1914 : étude de cas : le district judiciaire de Bedford » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études des arts.

Résumé

L’arrivée massive de loyalistes restés fidèles à l’Empire britannique, au lendemain de la guerre de l’Indépendance américaine de 1776, alliée à l’intensification de la colonisation britannique dès la fin du XVIIe siècle, mèneront à la création du territoire des Cantons-de-l’Est et à la division des terres -jusqu’alors divisées selon les règles d’attribution caractérisant les seigneuries – en franc et commun socage. Provenant de divers groupes ethniques et de différentes positions sociales, ces nouveaux arrivants ont tôt fait de marquer ce territoire en friche, leur présence ayant de fortes répercussions sur le développement démographique, économique et culturel du Bas-Canada. Avec le surpeuplement des seigneuries, l’arrivée de compagnies de colonisation ainsi que l’avènement de phénomènes tels l’urbanisation, l’industrialisation et le développement de nouveaux modes de communications, qui favoriseront l’installation de francophones de religion catholique dans les Cantons-de-l’Est, la nécessité d’établir un ordre social dans ce vaste territoire en essor démographique devient une nécessité. Le développement des collectivités des Cantons-de-l’Est, allié aux demandes répétées de sa population, amèneront les autorités gouvernementales à adopter, dès la fin de la première moitié du XIXe siècle, des projets de loi visant à instaurer un certain ordre social. Suivant l’implantation des premiers bureaux d’enregistrement (Loi de l’enregistrement en 1841), la formation des premiers conseils municipaux (Loi des municipalités et des chemins du Canada-Est de 1855) ainsi que la création des districts judiciaires et des cours de comtés (Acte judiciaire du Canada de 1857), émerge la nécessité d’ériger des édifices en mesure d’abriter adéquatement ces nouveaux pouvoirs locaux et régionaux, tant municipaux que juridiques et judiciaires. La construction simultanée de diverses typologies d’édifices monumentaux à caractère civique entre 1855 et 1914, dans un territoire ne comportant aucune structure sociale, donnera lieu à des planifications et à des mises en chantier principalement marquées par les aspirations, les ressources financières disponibles et les besoins de chacune de ces nouvelles corporations municipales. Bien que présentant des caractéristiques qui leurs sont propres, tant au niveau de leur volumétrie, de leur forme architecturale que de leurs procédés de construction, ces édifices s’inscrivent dans un processus global présentant une certaine homogénéité.

MOTS-CLÉS : Histoire de l’architecture, architecture monumentale, pratiques architecturales, gouvernance, urbanité, comté, canton, ville, village, paroisse, palais de justice, bureau d’enregistrement, édifice de comté, hôtel de ville, marché, caserne d’incendie, district judiciaire de Bedford, Cantons-de-l’Est, Québec (province), Canada, 1855-1914, 19e siècle, 20e siècle.

Pour télécharger

« Retour