Le patrimoine et l’identité urbaine : le rôle du paysage construit, sa conservation et sa valorisation dans les villes du XXIe siècle

Luc Noppen

Le programme de recherche concerne le patrimoine dit « construit » : il s’agit des lieux dotés de sens, des objets architecturaux et de leur environnement, des aménagements, des sites, bref des « paysages » faits de main d’homme, auxquels une collectivité peut attribuer une « valeur mémorielle ». Ces paysages construits sont « patrimoines » en ce qu’ils fédèrent, éventuellement, les ingrédients d’une identité.

Plus précisément, ce programme concerne le patrimoine construit dans les villes du XXIe siècle, où l’accroissement des échanges et la déstabilisation des populations imposent de nouveaux enjeux à la fabrication du patrimoine, voire au rôle et à la notion mêmes de la patrimonialisation en milieu urbain. Ainsi ce programme entend surtout, grâce à l’intégration transdisciplinaire de la recherche fondamentale et de la recherche-action, réfléchir sur les rapports passés, présents et futurs entre le patrimoine construit et l’identité urbaine, en vue de développer une approche renouvelée qui, à l’aune des « clientèles » nouvelles du patrimoine, ressource la pertinence et les retombées de la patrimonialisation dans les villes, au départ de l’expérience de Montréal. Il s’agit, en quelque sorte, d’associer à une herméneutique du paysage des villes une recherche sur la « capacité de sens » et sur le « potentiel de pérennité », aujourd’hui, du patrimoine urbain, depuis sa constitution physique et mémorielle jusqu’à la fabrication de son image, par le discours et par les aménagements matériels de valorisation, afin de cerner les gestes et les critères de la sélection, de la conservation, de la mise en valeur et de l’interprétation adéquats au regard des variables identitaires des collectivités urbaines et des villes de ce siècle.

Problématique (s) et approche
Du patrimoine urbain à l’urbanisme du patrimoine
Axes de recherche et thématiques