Le renouveau formel dans l’architecture des églises

L’affirmation d’une identité architecturale dans les diocèses catholiques romains du Québec : la bataille des styles et le renouveau des pratiques architecturales, 1850-1900

Ce projet porte sur le renouveau formel majeur et déterminant survenu dans l’architecture des églises catholiques romaines du Québec dans le troisième quart du XIXe siècle, sous l’effet d’une quête identitaire symbolique provoquée par la pénétration de nouveaux modèles diffusés par les Églises anglicane et protestantes. Par extension, compte tenu de la figure dominante que leur poids symbolique et leur envergure confèrent alors aux églises, parce qu’il en expose les principaux motifs et les conditions de production, il met en lumière l’architecture et la pratique architecturale au Québec depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Plus précisément, l’on propose de reconstituer le renouveau formel et ce qui l’a rendu possible en l’établissant comme un « éclectisme québécois », tout particulièrement par l’entremise d’un système de production des églises qui se réorganise alors à partir des savoirs traditionnels et en fonction de l’innovation requise. Cette redéfinition contextualisée de « l’architecte », qui ouvre sur les réseaux des producteurs, sur la circulation des modèles et sur les modalités de réalisation, permet, d’église en église, de constituer une généalogie des églises qui illustre le renouveau formel survenu et permet de situer chacune des églises par rapport à ce phénomène. En d’autres mots, le projet produira des connaissances nouvelles, originales et importantes sur les églises et sur l’ensemble d’entre elles.

De telles connaissances manquent en effet cruellement : la désaffection plus ou moins récente de l’histoire de l’architecture du Québec, le peu d’égards pour la période et pour ses manifestations architecturales, notamment l’éclectisme, ainsi que les anachronismes dont leur interprétation a été affectée laissent aujourd’hui la société civile sans moyen réel pour s’approprier ces églises ou pour décider de leur sort au lendemain de leur fermeture, devenue inéluctable.

Le projet a ainsi l’ambition de produire des savoirs et un cadre d’interprétation susceptibles de favoriser un redéploiement de l’histoire de l’architecture au Québec, parce que plus en phase avec les sensibilités de notre époque, mais aussi de soutenir les pratiques de protection et de mise en valeur, par exemple la confection de documents d’urbanisme, et de faciliter la prise de décision en matière de conservation patrimoniale, en mettant à jour et en corrigeant les outils de référence et en encourageant la mobilisation populaire des savoirs.

Chercheur principal : Luc Noppen
Co-chercheurs : Marc Grignon et Lucie K. Morisset

Ce projet a reçu le financement du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada dans le cadre du programme Savoir (256 757 $, 2018-2023)

 

SSHRC-CRSH_FIP