Titulaire

lucie_morisset
Lucie K. Morisset
Département d’études urbaines et touristiques

Local DC-1300
315, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 3X2

Téléphone(514) 987-3000 poste 4585

Lucie K. Morisset est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain, professeure au Département d’études urbaines et touristiques de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal et chercheure au Centre Cultures Arts Sociétés (CÉLAT).

Elle est aussi responsable scientifique en matière de « Patrimonialisation et valorisation touristique du patrimoine » de la Chaire Tourisme et Valorisation du patrimoine de l’Université polytechnique des Hauts-de-France, cochercheure et membre du comité de coordination de DePOT (Deindustrialization and the Politics of our Time, sous la direction de Steven High), membre du Board de TICCIH, The International Committee for the Conservation of Industrial Heritage, membre du Conseil d’administration de l’AQPI, l’Association québécoise pour le patrimoine industriel, chercheure associée au CRILCQ, le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises. Elle a présidé l’Association of Critical Heritage Studies de 2017 à 2020.

Historienne de l’architecture et anthropologue par formation, spécialisée dans l’étude de la ville et de ses représentations et dans le développement stratégique des territoires, elle s’intéresse à l’histoire des idées et des objets d’architecture et d’urbanisme et mène depuis plusieurs années des recherches sur la formation et le sens du paysage construit. Des régimes d’authenticité. Essai sur la mémoire patrimoniale (Presses de l’Université de Rennes, 2009), La mémoire du paysage (Presses de l’Université Laval, 2001) et Ville imaginaire/Ville identitaire (Nota Bene, 1999), devenus des classiques, exemplifient ces travaux. Lucie K. Morisset se penche aussi les rapports entre l’identité et la culture, tels qu’ils se manifestent par le biais des pratiques de mise en tourisme et de consécration patrimoniale, et sur les transformations des conceptions du patrimoine. Ses travaux les plus récents incluent des explorations théoriques sur les communautés patrimoniales, le patrimoine comme agent de transformation et le droit au patrimoine, dans une perspective de justice sociale, ainsi que des initiatives de recherche action sur la valorisation du territoire et le développement local.

Lucie K. Morisset a publié, entre autres, les ouvrages Territoires d’identité. Villes de compagnie du Canada (Patrimonium, 2019) ainsi que, avec Luc Noppen, Les églises du Québec, un patrimoine à réinventer (Presses de l’Université du Québec, 2005). Elle a aussi édité l’anthologie De la ville au patrimoine urbain. Histoires de formes et de sens (PUQ, 2009) et dirigé les ouvrages collectifs Patrimoines pour le XXIe siècle (2006), Quel avenir pour quelles églises ? / What Future for Which Churches ? (2006), La ville, phénomène de représentation (2011), S’approprier la ville (2015) et L’architecture de l’identité (Del Busso, 2021). En parallèle de ses travaux sur les « villes de compagnie » eux aussi menés grâce au soutien du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, elle termine actuellement une nouvelle monographie sur Arvida, cité industrielle planifiée sur laquelle elle dirige aussi une initiative de recherche-action et de co-construction des connaissances sur la valorisation et l’empowerment patrimoniaux en partenariat avec les collectivités locales. Elle travaille aussi sur l’Anthologie du patrimoine au Québec, le Routledge Handbook on Heritage and the Law (avec Lucas Lixinski)  et sur un nouvel essai, Émancipons le patrimoine!

Les publications et l’enseignement de Lucie K. Morisset ont renouvelé les perspectives sur la formation dans plusieurs programmes en sciences humaines et en sciences sociales. Invitée dans de nombreuses universités au Canada et outre-mers et conseillère auprès d’organismes locaux, d’agences gouvernementales ou internationales, Lucie K. Morisset a aussi supervisé plus de 80 thèses de doctorat et mémoires de maîtrise, accueilli des stagiaires postdoctoraux venus de divers pays, et encadré dans le cadre de projets subventionnés quelque 100 auxiliaires de recherche. Ses travaux ont reçu l’aval des organismes publics, dont le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et le Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture.

Fellow de la société royale du Canada, Lucie K. Morisset a mérité le Prix d’excellence en recherche de l’Université du Québec, le Prix de la francophonie (AUF) en sciences humaines et sociales et le Prix Robert-Lionel-Séguin de l’Association amis et propriétaire de maisons anciennes du Québec.

Biography

Lucie K. Morisset holds the Canada Research Chair in Urban Heritage, is a professor in the Department of Urban and Tourism Studies at the School of Management Sciences of the Université du Québec à Montréal and a researcher at the Centre Cultures Arts Sociétés (CÉLAT).

She is also the scientific director in « Patrimonialisation et valorisation touristique du patrimoine » of the chair « Tourisme et valorisation du patrimoine » at the Université polytechnique des Hauts-de-France, and a co-investigator and member of the coordination committee of DePOT (Deindustrialization and the Politics of our Time, under the direction of Steven High), member of the Board of TICCIH, The International Committee for the Conservation of Industrial Heritage, member of the Board of AQPI, the Quebec Association for Industrial Heritage, researcher associated with CRILCQ, the Interuniversity Research Center on Quebec Literature and Culture. She was president of the Association of Critical Heritage Studies from 2017 to 2020.

An architectural historian and anthropologist by training, specializing in the study of the city and its representations and in the strategic development of territories, she is interested in the history of ideas and objects in architecture and planning and has been conducting research for several years on the formation and meaning of the built landscape. Des Régimes d’authenticité. Essai sur la mémoire patrimoniale (Presses de l’Université de Rennes, 2009), La mémoire du paysage (Presses de l’Université Laval, 2001) and Ville imaginaire/Ville identitaire (Nota Bene, 1999), which have become classics, exemplify this work. Lucie K. Morisset also investigates the relationship between identity and culture, as manifested through practices of tourism and heritage consecration, and the transformations of conceptions of heritage. Her most recent work includes theoretical explorations of heritage communities, heritage as an agent of transformation, and the right to heritage in a social justice perspective, as well as action research initiatives on territorial enhancement and local development.

Lucie K. Morisset has published, among others, the books Identity on the Land. Company Towns in Canada (Patrimonium, 2019) and, with Luc Noppen, Les églises du Québec, un patrimoine à réinventer (Presses de l’Université du Québec, 2005). She also edited the anthology De la ville au patrimoine urbain. Histoires de formes et de sens (PUQ, 2009) as well as Patrimoines pour le XXIe siècle (2006), Quel avenir pour quelles églises? / What Future for Which Churches? (2006), La ville, phénomène de représentation (2011), S’approprier la ville (2015) and L’architecture de l’identité (Del Busso, 2021). In parallel with her work on « company towns », also supported by the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada, she is currently completing a new monograph on Arvida, a planned industrial city on which she is also leading an action-research and knowledge co-construction initiative on heritage development and empowerment in partnership with local communities. She is also working on the Anthologie du patrimoine au Québec, the Routledge Handbook on Heritage and the Law (with Lucas Lixinski) and a new essay, Émancipons le patrimoine! (Empowering Heritage).

The publications and teaching of Lucie K. Morisset’s publications and teaching have renewed perspectives on education in many humanities and social science programs. A guest lecturer at numerous universities in Canada and abroad, and an advisor to local organizations, government agencies and international organizations, Lucie K. Morisset has also supervised the development of a book on heritage education. Morisset has also supervised more than 80 doctoral and master’s theses, hosted postdoctoral fellows from various countries, and supervised close to 100 research assistants in the context of funded projects. His work has been endorsed by public agencies, including the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada and the Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture.

A Fellow of the Royal Society of Canada, Lucie K. Morisset has received the Prix d’excellence en recherche from the Université du Québec, the Prix de la francophonie (AUF) in the humanities and social sciences and the Prix Robert-Lionel-Séguin de l’APMAQ.

Publications