EUR8511 – Patrimoine et développement local

Patrimoine et développement local. Enjeux économiques et socioculturels, dynamiques urbanistiques et mode d’intervention

Ce séminaire qui réunira plusieurs invités internationaux propose de reconsidérer la notion de patrimoine afin d’en saisir les différents enjeux contemporains, non seulement esthétiques, mais aussi économiques, sociaux, culturels et politiques. En discutant de l’évolution et des problèmes des constructions patrimoniales, il vise à explorer les mécanismes et les ordres symboliques qui favoriseraient l’appropriation du patrimoine et l’engagement des acteurs du milieu, depuis le recours à son capital de mobilisation jusqu’à la valorisation foncière. Il s’agit, au bout du compte, de comprendre comment le patrimoine peut « faire société » et soutenir le développement local.

Hiver 2018

Vendredi 14h-17h, local DC-2300, UQAM

Maîtrise et doctorat en études urbaines, Séminaire thématique (EUR8511) et Séminaire d’exploration (EUR9118)

Professeur responsable : Lucie K. Morisset
Auxiliaire d’enseignement : Myriam Joannette

Que faire d’une église désaffectée ? Quels sont les impacts de l’inscription d’un centre historique au patrimoine mondial ? Quel avenir reste-t-il aux usines, et maintenant aux quartiers, abandonnés par la désindustrialisation ? Tandis que la désuétude reste le catalyseur commun de la plupart des projets patrimoniaux, l’importance croissante du patrimoine dans le devenir urbain, plus particulièrement dans le développement local, interpelle plus que jamais l’action publique. À l’heure où le Québec se met à l’épreuve de sa nouvelle « Loi sur le patrimoine culturel », qui, sur l’arrière-plan de la Convention de Faro, veut accroître l’engagement des acteurs du milieu, les enjeux urbains du patrimoine dépassent plus que jamais la conservation ou de la démolition de telle ou telle structure. Ils touchent à l’acceptabilité sociale, à la valorisation foncière, à la représentation sociale et à l’appartenance locale, toutes choses que le « monument », tel qu’il a été conçu et perpétué depuis le XIXsiècle, accommode péniblement.

Il est bien peu de milieux, dorénavant, où l’on ne parle pas de patrimoine, depuis les services d’urbanisme de municipalités de toutes tailles aux officines de l’ONU ; toutefois, l’on maîtrise encore mal tant les effets du patrimoine sur le tissu physique de la ville que les ordres politiques et symboliques qui s’en saisissent. Pendant ce temps, de nombreux projets patrimoniaux, dépourvus de moyens appropriés aux dynamiques contemporaines, et surtout lorsque celles-ci sont saisies à l’échelle locale, restent enfermés dans des logiques essentialistes et impérialistes. Celles-ci, assujetties à la parole de l’expert et aux valeurs historiques et esthétiques qui la fondent, maintiennent les constructions patrimoniales dans une structure hiérarchique antinomique des communautés patrimoniales que, sous un lexique ou sous un autre, les diverses administrations voudraient pourtant engendrer. Ainsi l’action publique, dominante et homogène, s’exerce-t-elle souvent au détriment de la différenciation et de la participation du milieu.

Et si on changeait de paradigme ? Peut-on considérer le patrimoine au-delà du monument et de l’appareil d’État ? Comment, alors, concilier les forces du patrimoine et de la ville ? Le patrimoine peut-il aller jusqu’à permettre de faire société ?

Place du cours dans le programme

Le cours « Patrimoine et développement local » est inscrit dans deux programmes, soit la maîtrise en études urbaines, au titre de laquelle il répond aux objectifs du « séminaire thématique », et le doctorat en études urbaines, au titre duquel il répond aux objectifs du « séminaire d’exploration ». Les modalités d’évaluation du cours sont subdivisées et adaptées aux contextes de chacun de ces deux niveaux d’études supérieures.

L’activité « Séminaire thématique » est optionnelle dans le programme de maîtrise en études urbaines. Son objectif principal, selon l’annuaire, se lit ainsi : « permettre aux étudiants de prendre connaissance de recherches récentes autour d’un thème donné, de discuter des différents volets de ces recherches et d’approfondir, dans le cadre d’un travail écrit, un des aspects du thème traité ». Quant à elle, l’activité « Séminaire d’exploration » est optionnelle dans le programme de doctorat en études urbaines. Selon l’annuaire, elle vise à « approfondir un thème particulier ou à prendre connaissance des développements en cours et de la recherche de pointe en études urbaines » en lien avec la programmation spécifique d’équipes de recherche.

Patrimoine et développement local s’inscrit dans la programmation des projets de recherche subventionnés de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain et de PARVI, le groupe interuniversitaire de recherche sur les paysages de la représentation, la ville et les identités urbaines, ainsi que dans celle de l’unité de transfert associée à la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain, l’unité de Partenariats de recherche publique sur le patrimoine dans le développement local, P3local.

Problématique
Objectifs
Fonctionnement et formules pédagogiques

Consulter le plan de cours.