Sainte-Brigide - le projet

Organisme sans but lucratif, incorporé le 25 mars 2006, le Centre communautaire Sainte-Brigide s’est donné comme objectif de mettre en valeur le site et les bâtiments de la paroisse Sainte-Brigide-de-Kildare (Montréal) à des fins communautaires et d’habitation coopérative. 02Ce projet initié au sein de la paroisse, afin d’assurer un avenir à cet haut lieu patrimonial, en février 2005. Un Comité de réaménagement formé de marguilliers et paroissiens, présidé par Jean-Pierre Bonhomme, entreprend alors de consulter experts et acteurs du milieu. Des rencontres déterminantes on lieu en décembre 2005, alors que le Comité coopte les acteurs qui se sont engagés dans le projet, des représentants du Diocèse de Montréal (Pierre Côté, vicaire épiscopal) et du Conseil du patrimoine religieux (Jocelyn Groulx, directeur général). Le CSSS Jeanne-Mance détache aussi un travailleur communautaire (François Soucisse), en appui au projet. Un premier plan d’action est alors ébauché en janvier 2006, avec la collaboration de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain – ESG, de l’UQAM (Luc Noppen, titulaire).

Ce plan, accepté par le Conseil de fabrique et les paroissiens, propose de perpétuer l’action de la paroisse Sainte-Brigide dans le milieu, en actualisant sa mission, adoptée au contexte d’aujourd’hui. Il décrit un modèle de développement du site :

-       acquisition du site par un OBNL (le Ccsb)

-       en échange d’un coût d’acquisition réduit, le Ccsb s’engage : 

  1. à maintenir une chapelle Sainte-Brigide et un bureau de la paroisse
  2. à favoriser l’intégration de l’association Les Chemins du Soleil dans le projet

-       site dédié de façon pérenne à une vocation communautaire et d’habitation coopérative.

De façon plus large, le plan d’action propose d’utiliser le projet de développement du site de Sainte-Brigide comme modèle en explorant des solutions novatrices et ainsi apporter une solution au devenir des églises de Montréal par leur conversion à des fins socio-communautaires. Avec l’avantage, à terme, de permettre une meilleure planification de leur valorisation patrimoniale tout en servant les organismes du  milieu par une offre substantielle d’espaces et de terrains à développer, notamment pour appuyer les programmes d’accès au logement abordable.

Le projet a depuis fait l’objet d’une batterie d’études et d’analyses et, le 13 mars 2009, le Ccsb a acquis le site au coût de 250 000 $. C’est ce faible coût, bien en deçà de la valeur réelle des biens, consenti par Son Éminence le Cardinal de Montréal, qui a permis la poursuite du projet et la prochaine mise en chantier de la phase I en février 2010, estimée à quelque 10 millions $.

01

 

Nouvelles et activités Sainte-Brigide