PARVI obtient une importante subvention de recherche

PARVI, sous la direction de Lucie K. Morisset, a décroché une importante subvention du programme "Soutien aux équipes de recherche" (2014-2018) du Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture culture (FQRSC) pour le projet "Enjeux urbains de la patrimonialisation. La patrimonialité en questions."

PARVI pourra ainsi poursuivre ses travaux sur la ville et les identités urbaines en ciblant une représentation proéminente: la patrimonialisation, sous l’angle de ses enjeux urbains que ses plus récents travaux ont permis de mieux envisager.


Résumé du projet

Considérant l'expansion du domaine d'études, et dans une perspective de coconstruction des connaissances visant autant les savoirs que les savoir-faire, nous souhaitons déployer les approches qui caractérisent PARVI pour saisir le rôle et le fonctionnement du patrimoine en arrière-plan de la reconceptualisation du patrimoine qu'illustre la nouvelle notion de «patrimoine culturel». Pour ce faire, nous ciblons la «patrimonialité», c’est-à-dire l'idée de ce qu’est le patrimoine et les éventuelles transformations sémantiques et physiques de la ville qu'elles sous-tend, et proposons notamment, à cette fin, de pister l'énonciation des patrimoines.

Que ce soit au plan de l'aménagement, de l'action publique ou du devenir-ensemble, la forte mobilité des personnes et la concurrence internationale des villes, où se vit une patrimonialisation de moins en moins partagée, semblent avoir déplacé le patrimoine de son rôle de représentation collective pour le définir comme un outil discursif performatif; dans ce contexte, il nous semble important de réfléchir aux modalités d'appropriation sociale qui émaillent maintenant l'action publique, mais aussi aux conceptions collectives du patrimoine et aux effets tangibles de la patrimonialisation sur les territoires urbains.

Deux axes circonscrivent la programmation, subdivisés en projets collaboratifs centrés sur des corpus et déclinés dans deux activités transversales et 23 activités ponctuelles, qui, en explorant la patrimonialité sous divers angles, visent à structurer la recherche, à mobiliser les connaissances au sein des milieux de pratique et d’élaboration des politiques ou à envisager des modalités de participation sociale à la patrimonialisation.
AXE 1. Patrimoine et développement local : enjeux urbanistiques en contexte de patrimondialisation. Alors que la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco atteindra bientôt le millier d’inscriptions et que le Patrimoine culturel immatériel connaît une expansion tout aussi fulgurante, il s’agit de considérer les enjeux de la notion de valeur universelle, mais aussi d’enquêter sur la labellisation à une échelle voulue planétaire de représentations pensées localement, et l’inverse. On questionne alors le foncier, l’espace politique, les stratégies d’acteurs, les relations entre la mise en valeur et le tourisme, par exemple.
AXE 2. Le patrimoine comme projet social : narrations, formes et modalités de l'appartenance. En considérant le patrimoine urbain comme le prolongement des utopies sociales des siècles précédents, il s’agit d’interpeller la patrimonialité historique et contemporaine à travers les questions de la médiation et de l’appropriation sociale du patrimoine, notamment pour tenter d'inverser les canaux traditionnels de la patrimonialisation.

Chercheurs principaux
Lucie K. Morisset, responsable de l’équipe
Étienne Berthold
Julia Csergo
Martin Drouin
Marie-Blanche Fourcade
Julien Goyette
Guy Mercier
Luc Noppen

Chercheurs postdoctoraux
Mathieu Dormaels
Daniela Moisa
Jessica Roda
Jean-Sébastien Sauvé

Membres collaborateurs
Samir Admo
Pierre Anctil
Jean Yves Andrieux
Patrick Dieudonné
Maria Gravari-Barbas
Karine Hébert
Roger Lavoie
Lionel Prigent