Historialité et Patrimonialité en passage

HISTORIALITÉ ET PATRIMONIALITÉ EN PASSAGE

Comment les Québécois se représentent-ils

leur passé de nos jours ?

Séminaire organisé par

Jocelyn Létourneau et Lucie K. Morisset

Université Laval

 

Mai 2012

(à confirmer en raison du conflit étudiant et de la reprise éventuelle des cours)

Le passé, c’est ce qui fut, mais c’est aussi le kaléidoscope des représentations que l’on s’en fait. À cet égard, on pourrait soumettre l’hypothèse que la période actuelle est caractérisée par la mise en cause des récits accrédités de l’expérience historique québécoise. On pourrait également avancer que notre époque est marquée par la redéfinition des patrimoines traditionnellement reconnus pour matérialiser la société québécoise : de même que le monument historique de jadis s’efface au profit de savoir-faire, parfois même d’objets du quotidien, la ceinture fléchée et le château Frontenac ne semblent plus tenir la même importance dans la patrimonialité du Québec.
S’il n’est pas acquis qu’un nouveau grand récit collectif a remplacé les récits précédents, des tentatives existent pour changer la narration dupassé. De même, s’il n’est pas certain que le rapport que les Québécois entretiennent avec le patrimoine soit homogène ou pérenne, des efforts en vue d’actualiser les caractérisations coutumières du patrimoine québécois ont été réalisés. La nouvelle Loi sur le patrimoine culturel et les contestations qui ont entouré son adoption n’en sont pas un moindre exemple.
Quels ont été les débats, quels ont été les matériaux des récits historiques et patrimoniaux ces dernières années ? Quels questionnements et quelles transformations tendent-ils à évoquer ? Leur sélection, leur rendu ou leur présentation imposent-ils des défis spécifiques ? Et comment l’urbanisation, la mobilité et certaines recompositions de la sociétéquébécoise influent-elles sur ces représentations du passé?
Le séminaire, qui s’étendra sur une journée complète, aura pour objectif d’aborder les tentatives courantes de modifier le régime d’historialité et le régime de patrimonialité qui ensemble découpent la québécité dans son actualité et, ce faisant, l’actualisent dans son historicité.
Pas plus de six intervenants, trois en matinée et trois en après-midi, seront invités à présenter leurs idées sur le thème du séminaire à partir des corpus sur lesquels ils travaillent. Il est possible que des intervenants soient regroupés en table ronde.