Laplace Josée

Jeunes chercheurs

Adresse civique

Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain
Pavillon DC, Local DC-1300
279, rue Sainte-Catherine Est
Montréal, H2X 1L5

Curriculum vitae pdf

Publications

LAPLACE, Josée (2007). « Une économie sur ses rails : la contribution du « 6000 Saint-Denis » au développement du nord de Montréal », Bulletin de l'Association québécoise pour le patrimoine industriel (AQPI), 18 (1), printemps 2007, p. 4-7.

LAPLACE, Josée (2006). « De garages et autres objets urbains singuliers : Patrimoine dans l'indifférence, le "6000 Saint-Denis" à Montréal » in Martin Drouin, dir., Patrimoine et patrimonialisation : du Québec et d'ailleurs, Québec : MultiMondes, p. 79-95.

Josée Laplace est doctorante, boursière du CRSH, en études urbaines au programme conjoint du Département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM et de l'Institut national de recherche scientifique Urbanisation - Culture - Société (INRS-UCS). Elle détient un baccalauréat en urbanisme de l'Université de Montréal. Son projet de thèse, co-dirigé par Lucie K. Morisset (Département d'études urbaines et touristiques) et Mario Bédard (Département de géographie) porte sur les espaces intérieurs d'églises montréalaises revisités du point de vue de l'environnement sensible. Partant des travaux sur les ambiances architecturales et urbaines (notamment l'approche développée par le CRESSON de Grenoble) et autres approches de l'étude de la perception sensible en milieu urbain, tout comme des représentations associées aux différentes dimensions de cette expérience (sons, odeurs, lumière, sensations thermiques, etc.), le projet cherche à caractériser et mettre en relation les qualités et effets « sensibles » propres aux églises étudiées, avec les intentions dont elles étaient investies au départ (afin de créer un environnement propice à la pratique du culte et la spiritualité) et, d'autre part, avec l'appréciation de ces qualités du point de vue des sensibilités contemporaines. En cela, le projet vise à explorer les liens (réels et imaginaires) entretenus à l'égard de ces espaces dans le but d'entrevoir de nouvelles possibilités d'usage qui s'inscriraient dans le prolongement des fonctions premières de l'église, en accord avec sa configuration architecturale et sensible, tout comme sa position dans l'espace urbain.