Watremez Anne

Diplomés

Doctorat international en muséologie, médiation et patrimoine, Université d'Avignon et des pays de Vaucluse / Université du Québec à Montréal (2009)

Docteur en Sciences de l'information et de la communication (spécialité Muséologie)
PH.D en muséologie, Médiation et Patrimoine

Curriculum vitae pdf

Résumé de thèse  pdf

Anne Watremez a soutenu sa thèse dans le cadre du programme international conjoint en muséologie, médiation et patrimoine à l’Université du Québec à Montréal (Canada) et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (France). Sa thèse s’est fait sous la direction de Luc Noppen (professeur à l’UQAM) et de Jean Davallon (professeur à l’UAPV). Elle a été financée pour 3 ans par la Région Provence Alpes et Côte d’Azur (2003-2006) et par une bourse d’excellence attribuée par les deux universités.

Elle a soutenu publiquement sa thèse de doctorat intitulée « Le patrimoine des Avignonnais : la construction du caractère patrimonial de la ville par ses habitants » le 1er décembre 2009. Elle a obtenu la mention très honorable avec les félicitations du jury, jury composé outre des directeurs, de Michèle Gellereau (Université de Lille 3, rapporteure), Michel Rautenberg (Université de Saint Etienne, rapporteur), Emmanuel Ethis, (Université d’Avignon), Lucie K Morisset (Université du Québec à Montréal, présidente).

APERCU SUR LE SUJET DE LA THESE
La thèse entreprise s’intéresse aux processus de patrimonialisation et à la relation construite entre les habitants et ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine. Le terrain d’étude choisi est une ville patrimoniale inscrite au patrimoine mondial, à forte structure urbaine (présence de remparts), à savoir la ville d’Avignon.

La thèse souhaite comprendre comment les habitants construisent un rapport, une relation au patrimoine de leur ville. Comment considèrent-ils comme ayant un caractère patrimonial des éléments de la ville ? Comme un habitant est avant tout un pratiquant de la ville, la pratique qu’il a est donc l’élément essentiel dans la compréhension du rapport au patrimoine. Il faut donc passer par une mise en discours de la pratique de la ville par les habitants pour répondre à la question de recherche.

Deux dispositifs méthodologiques de narration ont été élaborés : l’entretien itinérant et l’entretien collectif ayant produit un ensemble de discours. Le premier a comme objectif de faire parler et marcher les enquêtés dans l’espace de la ville afin de se retrouver en situation d’habitants, et de leur permettre de montrer et de décrire les lieux sur lesquels se construisent une relation au patrimoine. Le deuxième a comme objectif de revoir les enquêtés pour préciser et détailler les caractéristiques qui constituent la relation qu’ils ont avec leur patrimoine.

Pour l’ensemble des analyses développées sur les corpus, il s’agit d’explorer le processus de construction de sens de la relation des habitants à propos de ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine. Les enquêtés sont placés en situation pour parler de leur rapport au patrimoine à partir leur propre discours élaborés en entretiens itinérants. C’est pourquoi on parle d’analyse sémiodiscursive des corpus c’est-à-dire qu’on cherche à comprendre le processus de la signification du rapport au patrimoine d’un point de vue sémiotique en étudiant les discours qui le construisent. Tout au long de la thèse, les analyses ont deux niveaux : une analyse de contenu permettant de repérer d’une part l’ensemble des lieux sur lesquels la relation se construit, d’autre part l’ensemble des qualifications à l’œuvre dans la signification du rapport. Une analyse sémiotique ensuite qui étudie la manière dont le sens de ces relations au patrimoine se construit. Pour cela on postule que la compréhension de la signification du rapport au patrimoine s’effectue à partir de différentes opérations de construction de sens, empilées dans les corpus et dépliées pour les étudier séparément dans l’analyse.

Abstract
The thesis wishes to understand how the inhabitants of a city build a relationship with the heritage within their city. How do they regard the elements of the city as being patrimonial ? An inhabitant is a practitioner of the city and the practice which he/she has is the essential component in the comprehension of his/her relationship with the heritage.

Two methodological devices of narration were used : itinerant interviews and focus groups, which produced the discourses in this research. The first device has, as its objective, to make the interviewees speak and walk about in the space of the city in order to find him/herself in the daily situation of a typical inhabitant, and to allow interviewees to show and describe the places where they have built build a relationship with the heritage. The second device has intends to meet with interviewees again in order to specify the characteristics which constitute the link that they have with their heritage.

For the whole of the analysis developed, we explore the process of construction of meaning in the relationship built by the inhabitants with what they regard as their heritage. Interviewees are asked to speak about the discourses that they themselves developed during there itinerant interviews. This is why we speak about “sémiodiscursive” analysis of the corpora, we seek to understand the process of the meaning in the relationship with the heritage from a semiotic point of view by studying the discourses which build it. Throughout the thesis, the analysis has two levels : an analysis of content allowing to recognize on the one hand the places where the relationship is built, and, on the other hand the qualificative attributions at work. Then, a semiotic analysis studies the way in which the meaning of these relations to the heritage is built. We propose that, in order to understand the meaning of the relationship with heritage, we need to work with the various operations of construction of meaning witch are mixed up in the corpora, and witch we study separately in the analysis.

PUBLICATIONS :
Articles dans des revues avec comité de lecture indexées (ACL)

  • 2008a. « L’entretien itinérant : pour une construction d’un dispositif méthodologique de narration des habitants dans la ville patrimoniale », p 11-35, in Etudes de communication n°31.
  • 2008b. « Vivre le patrimoine urbain au quotidien : pour une approche de la patrimonialité », p 11-35, Culture et Musées n°11.

Communications dans colloques internationaux à comité de sélection publiés (ACT-nter)

  • 2006a. « The Place of aesthetics in the representations of heritage. The example of the city of Avignon », p 914-918, in Culture and Communication, proceedings of XIXe congress of the International Association of Empirical Aesthetics, Eds by Hana Gottesdiener and Jean-Christophe Vilatte, 29 august au 1er September 2006, University of Avignon.
  • 2006b. « Le patrimoine d’Avignon à travers les discours sur la ville : des représentations différenciées », P 221-237, in Patrimoine et Patrimonialisation, Actes de la rencontre internationale jeunes chercheurs en patrimoine urbain, 30 septembre-1er octobre 2005. Québec : Ed. Multimonde/Université de Québec à Montréal.

Communications dans colloques internationaux à comité de sélection non publiées (COM-inter)

  • 2006. « Evaluer les sites inscrits au patrimoine mondial : pour une approche socio pragmatique du patrimoine », in Documentation pour la conservation et le développement : Les nouvelles stratégies du patrimoine pour le futur, Actes du 11e séminaire international Forum Unesco-Université et Patrimoine, 11 au 16 septembre 2006, Université de Florence, Italie.

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES ET PEDAGOGIQUES

 

 

Anne Watremez a été chargée de cours au département Culture et Communication de l’université d’Avignon depuis 5 ans. Elle y a enseigné entre autres, la médiation culturelle, la muséologie et la notion de patrimoine à des étudiants en Licence et Master. Elle y a organisé des séminaires de professionnalisation et participé à l’organisation de l’enseignement supérieur. Elle a co-dirigé également des mémoires de master professionnel en stratégie de développement culturel et en master métiers de la culture.

Dans le cadre des activités de recherche de son laboratoire Culture et Communication, elle a été chargée d’études auprès de l’Unesco et de la Direction Régionale des Affaires culturelles de la Région Provence Alpes et côte d’Azur pour l’élaboration du rapport périodique sur l’application de la convention du patrimoine mondial. Anne Watremez a été responsable pendant deux ans de la mise aux normes typographiques de la revue internationale francophone de muséologie Culture et Musées, publié par le laboratoire Culture et Communication.