Création et valorisation des sites touristiques

Enseignements

Lucie K. Morisset

Création et valorisation des sites touristiques - MDT8433

Ce séminaire explore la planification des sites touristiques sous l'angle des principes, des techniques et des pratiques de valorisation des ressources touristiques et de leur environnement.

Il est structuré autour d'une excursion de quelques jours qui permet de faire découvrir, dans différentes régions du Québec, les possibilités et les contraintes de la création et de la valorisation des sites touristiques. En salle de classe ou in situ, on abordera notamment des principes et des moyens de caractérisation des ressources et des territoires touristiques selon une approche systémique de valorisation des sites et des paysages. On considèrera ainsi, au titre d'étapes essentielles de la valorisation intégrée et responsable des sites touristiques, les dimensions matérielles et le cadre légal de la conservation des ressources touristiques, les moyens physiques et conceptuels de leur mise en valeur et l'éventail des techniques d'interprétation qui doivent en renouveler l'attractivité.

Place du séminaire dans le programme

« Création et valorisation des sites touristiques » est l’un des quatre séminaires thématiques listés parmi les activités optionnelles offertes dans le cheminement des deux profils de la maîtrise en développement du tourisme, soit les profils avec stage et avec mémoire : il s’agit ainsi d’une activité de formation spécialisée dévolue à répondre aux besoins et aux aptitudes spécifique des étudiants au terme de la formation générale offerte par le programme. Il est normalement suivi après les deux premiers trimestre d’inscription dans le programme, soit une fois les quatre cours de formation fondamentale complétés. On assume notamment que les cours MDT8001 et MDT8101, « Épistémologie des études touristiques » et « Tourisme et culture », ont été complétés avec succès préalablement à l’inscription à ce séminaire.

Dans le cadre de cheminements d’autres programmes, ce séminaire est ouvert à tous.

Parmi les objectifs de la maîtrise en développement du tourisme, ce séminaire vise les suivants :
 
  • Être sensibilisé (études de cas, in situ, etc.) aux particularités du développement touristique et aux différents aspects du positionnement...;
  • Être en mesure de cerner l'environnement matériel, financier et/ou humain de l'exploitation d'une ressource touristiques;
  • Être en mesure de cerner les enjeux de la planification stratégique du tourisme dans un environnement donné;
  • Être en mesure de développer et de mettre en œuvre un plan de développement touristique;
  • Être en mesure de concevoir des stratégies de développement aux fins de la planification du tourisme.

L’on y aborde notamment les thèmes suivants, inscrits parmi ceux du programme de maîtrise en développement du tourisme :

  • Les contraintes et les possibilités des milieux d’accueil;
  • Les enjeux culturels, environnementaux et/ou sociaux du tourisme;
  • Les moyens d’exploiter les ressources de façon responsable;
  • Les stratégies de développement.

Objectifs du séminaire

Objectifs généraux (ou buts du séminaire)

De façon générale, le séminaire Création et valorisation des sites touristiques vise à :

  • Faire découvrir l'environnement matériel de l'exploitation des ressources touristiques, eu égard notamment aux principes aménagistes et muséographiques qui l'encadrent ;
  • Sensibiliser l'étudiant aux dimensions physiques, visuelles et paysagères de l'exploitation touristique ;
  • Développer chez l’étudiant l'aptitude à tenir compte des particularités des ressources et des territoires dans la mise en œuvre d'un plan de développement ;
  • Familiariser in situ l'étudiant avec les différentes dimensions de la planification et de la gestion d'un site touristique, en fonction des enjeux de conservation des ressources et des moyens de faire valoir l'intérêt de celle-ci dans le monde d'aujourd'hui.

Objectifs spécifiques (ou compétences attendues)

Plus spécifiquement, au terme du séminaire et selon ces objectifs généraux, l’étudiant doit être capable de :

  • Concevoir le développement des sites touristiques en relation avec l'occupation du territoire et la valorisation des paysages;
  • Exposer les différentes dimensions de la valorisation d'un site touristique à la lumière des théories et des pratiques de conservation et d'interprétation ;
  • Planifier le développement d'un site touristique en considérant la spécificité et les particularités des ressources exploitées
  • Juger de la conservation des ressources touristiques et des moyens requis à cet effet ;
  • Mettre au point des stratégies de développement des ressources touristiques dans une perspective d'exploitation responsable et en tenant compte des possibilités et des contraintes du territoire d'accueil.

Contenu du séminaire

Le séminaire se concentre tout particulièrement sur l’analyse et la compréhension de la configuration formelle de l’attraction touristique et de sa genèse physique, sémantique et territoriale par l’identification et la valorisation d’une ressource et par la mise en œuvre des moyens pour exploiter celle-ci, dans une perspective équilibrée et durable privilégiant le développement local.

Globalement, le parcours intellectuel proposé suit donc celui de la transformation d’une éventuelle ressource en une attraction, soit d’une « chose » indéfinie et anonyme en une chose-à-voir, puis en une chose-à-faire. Le cadre heuristique mis en place par le séminaire s’arrime à ce parcours intellectuel en cinq temps.

– On examine ainsi tout d’abord les mécanismes historiques et les moyens logiques d’identification d’une ressource (tangible ou intangible), notamment par l’entremise d’une grille de valeurs « statiques » et « dynamiques », ce qui, a priori, procède de la subdivision de territoires plus vastes (des destinations par exemple) en « unités visuelles » et en « unités d’expérience ».

– Deuxièmement, on explore l’étape de la préservation, qui consiste en la consolidation physique et visuelle de la ressource, tangible ou rendue tangible, afin d’assurer sa durée et sa résistance à la fréquentation espérée, par le biais, notamment, du recours éclairé à des principes d’intervention sur la matière de la ressource tangible ou « tangibilisée ».

– Troisièmement, on étudie des exemples historiques et des enjeux de la mise en valeur ou, selon les termes de MacCannell, de « l’enshrinement » : il s’agit des interventions physiques sur la matière de la ressource et, plus particulièrement, sur son environnement immédiat, qui sont dévolues à centrer l’expérience sur cette ressource et, par des stratégies paysagères, à amorcer la conversion de la « chose-à-voir » en une « chose-à-faire ». En d’autres mots, c’est ici que l’on produit la forme de l’attraction.

– Quatrièmement, on aborde les principes et les moyens intellectuels et matériels de l’interprétation, qui consolide la « chose-à-faire » en transposant dans des véhicules de médiation (communication, action, participation, etc.) des éléments de contenu normalement (mais pas toujours) issus de la phase d’identification. Cette étape de l’interprétation coincidant avec la production de « marqueurs », elle permet d’aborder la question de la stratégie de marque, surtout comme principe de cohérence de la valorisation de la ressource prise dans son ensemble. En d’autres mots, c’est ici qu’on produit le sens de l’attraction.

– Cinquièmement, l’analyse des questions reliées à l’interprétation permet d’aborder la production de sens dont celle-ci participe en termes d’appropriation sociale. C’est en effet l’un des postulats du séminaire que de considérer le succès d’une attraction touristique sous l’angle des retombées, non seulement économiques, mais surtout culturelles et sociales et, conséquemment, d’assumer l’interpénétration des clientèles locale, régionale, nationale ou internationale à la fois comme une optimisation de l’expérience offerte aux visiteurs et, en sus d’apports indirects normalisés du tourisme (consolidation de la place commerciale, stabilisation d’une classe moyenne, diversification économique, etc.) comme une plus-value directe pour la communauté du milieu d’accueil. En termes de planification, c’est l’optimisation du dernier stade du Tourist Area Life Cycle (TALC) de Butler, lorsque la maîtrise de la communauté d’accueil donne les conditions politiques nécessaires au redéploiement intégré des ressources locales.