L'église au-delà du culte, un outil de développement urbain: l'avenir du patrimoine ecclésial en Occident

Enseignements

Séminaire thématique 1 - maîtrise en études urbaines

Professeurs responsables

Luc Noppen

Lucie K. Morisset

Les chiffres sont implacables: la fréquentation régulière des lieux de culte des traditions religieuses historiques ne concerne guère plus de 5 % de la population de l'Occident chrétien. Dans un contexte de sécularisation, cette désaffectation frappe de plein fouet les églises, dont l'occupation clairsemée quelques heures par semaine ne soutient plus ni ne justifie le maintien en l'état. Tandis que les fermetures atteignent un rythme sans précédent, l'avenir très incertain de ces monuments de nos villes et de nos histoires tourmente un nombre croissant de citoyens et de décideurs: si l'on peut d'ores et déjà, au nom du développement durable, dénoncer la mise au rancart de ces bâtiments volumineux et structurants, l'écoulement du sablier, l'absence de solutions concertées et, peut-être plus même, la difficulté de distinguer le civil du religieux laissent plutôt penser que des municipalités devront bientôt quérir le support des gouvernements afin de financer des démolitions devenues inévitables, faute d'usages et faute de fonds.

Qu'adviendra-t-il de nos églises ?

Description

Ce séminaire est offert dans le cadre de l’activité EUR8511 « Séminaire thématique 1 », dont le descripteur inscrit à l’annuaire se lit ainsi : « Ce séminaire, à contenu variable, porte sur un thème de recherche développé par un ou des professeurs (réguliers, invités, associés...). Il vise à permettre aux étudiants de prendre connaissance de recherches récentes autour d'un thème donné, de discuter des différents volets de ces recherches et d'approfondir, dans le cadre d'un travail écrit, un des aspects du thème traité. »
Cette édition du séminaire thématique, inscrite à la programmation de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain, du Forum canadien de recherche publique sur le patrimoine et de PARVI, le Groupe interuniversitaire de recherche sur les paysages de la représentation, la ville et les identités urbaines, veut interroger dans une perspective résolument civile l’avenir des églises des traditions religieuses historiques et, plus spécifiquement, l’avenir de ces bâtiments déterminants du paysage culturel et physique du Québec à la lumière des réflexions et des solutions mises en partage avec d’autres contrées de l’Occident.
Ici comme ailleurs, l’église, même désaffectée, reste en effet un catalyseur parmi les plus importants des représentations et des fonctions urbaines. Souvent seul symbole d’historicité dans de plus petits villages ou dans des quartiers plus modernes, l’église porte aussi, tant sur la figure de son clocher que dans ses amples espaces, les principes mêmes de la vocation communautaire dont on déplore si souvent la dissolution, notamment en milieu urbain. Peut-on imaginer que cette contribution mémorielle et sociale de l’église à la cité puisse être maintenue après l’extinction de son animation cultuelle ?
Ce séminaire explore la conversion des églises, c’est-à-dire le changement total ou partiel de l’usage et du maintien des bâtiments, dans la perspective d’une prise en charge par la société civile du patrimoine ecclésial. En considérant à la fois des églises spécifiques, dans leur milieu particulier, et des corpus locaux, régionaux ou nationaux tant sous l’angle des imaginaires collectifs que des cadres de gestion concertée existants ou hypothétiques, il s’agit de considérer et d’évaluer les moyens dévolus à la pérennisation des bâtiments-églises ou de leur vocation communautaire dans les contextes historiques, économiques, politiques, culturels et sociaux spécifiques qui sous-tendent les échecs ou les succès des conversions.
Outre les questions de valeur économique et de dynamiques urbanistiques formelles et fonctionnelles qui seront aussi abordées, on s’attarde ainsi particulièrement à la question de « l’usage approprié », c’est-à-dire de la recevabilité, dans un milieu donné, de telle ou telle nouvelle fonction dévolue à assurer le maintien partiel ou total du bâtiment-église. En effet, si un éventail considérable de cas existe dorénavant, ici d’une église-condos, là d’une églisediscothèque, là encore d’une église-usine ou d’une église-garderie, il semble que la capacité sociale d’accepter le changement en question soit cruciale dans la rémanence de l’église et, au bout du compte, dans la réussite de sa patrimonialisation et la pérennisation de son sens et de sa
figure.
Parallèlement, on veut aussi réfléchir aux différentes modalités de valorisation du type architectural, en posant d’emblée l’église comme un bâtiment et non comme un lieu de culte. En effet, tandis que les catalogues patrimoniaux de l’Occident sont faits de monuments tombés en obsolescence, la désaffectation des églises s’entoure d’une aura d’ambigüité qui s’interpose entre, d’une part, des acteurs de la société civile éventuellement désireux de préserver un élément marquant de leur histoire ou du paysage construit et, d’autre part, les héritages d’une pratique religieuse exclusive qui, au moins chez les catholiques romains, désunit le sacré et le séculier.

Contenu et fonctionnement

Le séminaire comporte des rencontres de quatre types.
1) des exposés des professeurs qui visent à situer les enjeux et les défis de la patrimonialisation des églises au Québec et en Occident ;
2) des conférences de spécialistes invités notamment pour faire part de la situation de divers pays et régions du monde ;
3) des visites in situ qui nourriront la discussion à partir de cas concrets de conversions à Montréal ;
4) un colloque qui clôturera le séminaire, dans lequel les étudiants participants présenteront formellement quelques conclusions de l’essai produit.
Dans l’ensemble, le séminaire associe des présentations magistrales de notions théoriques ou d’études de cas à une formule plus participative qui requiert l’intervention des étudiants et leur participation à des discussions plus informelles. À cet effet, les étudiants sont invités, d’une part à suivre et à commenter l’actualité patrimoniale (voir évaluation), d’autre part à intervenir ad hoc pendant ou après les présentations magistrales en relation avec une préoccupation particulière, liée à un élément de contenu du séminaire ou à leur domaine d’études.

Les exposés, les conférences et les visites permettent notamment d’aborder les thèmes suivants :
• Du lieu de culte au lieu de culture : enjeux et défis de la patrimonialisation des églises en Occident ;
• Cent ans de conversions dans les villes et les villages du Québec ;
• Les églises en milieu métropolitain et les cultes minoritaires ;
• La situation des églises en contexte multi-cultuel : le cas canadien ;
• Le patrimoine mobilier et artistique : cadre général de conservation et contextes spécifiques ;
• La problématique de l’avenir des églises en Allemagne (intervention de Walter Zahner) ;
• La problématique de l’avenir des églises aux Pays-Bas (interventions de Lilian Grotswager et de Marc de Beyer) ;
• La problématique de l’avenir des églises en Belgique (intervention de Thomas Coomans) ;
• La problématique de l’avenir des églises au Royaume-Uni (intervention de Crispin Truman) ;
• La problématique de l’avenir des églises en Scandinavie (interventions à préciser) ;
• La problématique de l’avenir des églises en Amérique latine (intervention à préciser).

Objectifs

Objectifs généraux

De façon générale, le séminaire vise à :
• Proposer des cadres de lecture et de compréhension du patrimoine ecclésial comme un phénomène et un objet de la société civile ;
• Aborder des enjeux de la conversion des églises en milieu urbain et métropolitain ;
• Constituer un forum de discussion sur les enjeux et les défis de la patrimonialisation des églises, particulièrement en milieu urbain ;
• Proposer un état de la question de la situation des églises et des contextes sociaux, politiques, culturels, historiques et économiques des conversions dans diverses régions de l’Occident ;
• Susciter la réflexion sur les moyens et les principes de la prise en charge des églises par la société civile dans le monde sécularisé contemporain.

Objectifs spécifiques (compétences attendues)

Au terme de ce séminaire, l’étudiant sera capable de [à compléter] :
• Analyser les enjeux de la désaffectation d’une église en milieu urbain ;
• Évaluer la conversion réelle ou éventuelle d’une église en fonction de ses caractéristiques physiques, symboliques et urbanistiques ainsi que des besoins et des moyens (économiques, sociaux, culturels) du milieu ;
• Comparer une conversion réelle ou éventuelle à des exemples comparables au Québec ou dans d’autres régions de l’Occident ;
• Distinguer des stratégies d’intervention et de conversion appropriées à des milieux spécifiques en fonction des politiques urbaines concernées.

Télécharger la description