La mémoire du paysage - Histoire de la forme urbaine d’un centre-ville : Saint-Roch, Québec

memoire

 Lucie K. Morisset (2001)

Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2001, 288 p. ISBN 2-7637-7724-4

Saint-Roch, quartier de Québec jadis en déshérence, s'est, en dix ans à peine, paré d'une nouvelle image : le centre-ville culturel, comme on l'appelle désormais, a tenu la porte du troisième millénaire à la ville du patrimoine mondial. Mais si la longue asthénie du lieu défavorisé avait masqué sa mémoire, il n'y a, en fait, aucune surprise à cette renaissance qui émerveille aujourd'hui : au pied de la capitale historique, Saint-Roch, qu'on croyait simple quartier, était déjà centre-ville. Le phénix qui revient au jour fut le berceau, et de tout temps le cœur, de la ville qui l'avait oublié.

Cet ouvrage sur la mémoire du paysage trace l'histoire de la forme urbaine de ce centre-ville : récit d'une genèse, il parcourt l'histoire du quartier où les rues, les îlots, le parcellaire, la silhouette des bâtiments et le mobilier urbain ont, au fil du temps, généré les significations que les perceptions, les représentations et les mémoires ont étayées, du XVIIe siècle jusqu'à aujourd'hui.

Essai sur l'identité, cet ouvrage use ainsi de Saint-Roch comme cas d'espèce pour une approche renouvelée du paysage construit et de sa sémiogénèse, en traquant, derrière les configurations existantes, les idées de ville qui en modulèrent les formes, et les états antérieurs qui en commandèrent l'évolution et les métamorphoses ; des époques oubliées aux tribulations récentes du centre-ville, le récit en devient un sur la spécificité topologique. Ainsi Saint-Roch, comme le pourraient d'autres lieux sous ce regard, révèle-t-il sa personnalité.

Quelque 300 photographies, cartes, infographies et planches couleurs illustrent cette histoire de quatre siècles, qui d'un berceau, firent un centre-ville et, d'un idéal classique français, le haut lieu de l'américanité et de la modernité de Québec.