L’identité québécoise naturalisée : la fiction architecturale de la Montagne Tremblante

Imaginairegeographique

 

 

« L’identité québécoise naturalisée : la fiction architecturale de la Montagne Tremblante », (L. K. Morisset), Richard Desnoilles, Jean-Pierre Augustin et Mario Bédard, dir. L’imaginaire géographique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011.

À la fois existentielle et identitaire, notre condition territoriale nous oblige à nous intéresser aux diverses lectures que nous faisons de notre territoire puisque ce sont elles qui dictent nos comportements à son égard. Or le regard que nous portons sur notre territorialité est fort complexe. Si nous la percevons par nos sens, nous l’appréhendons aussi à partir de nos schèmes cognitifs et de nos valeurs. Regarder un paysage, par exemple, ne consiste pas à en dégager une image neutre, mais plutôt à en reproduire une image déjà pleinement codifiée et signifiée. Pareille lecture agit donc d’elle-même, partie prenante d’un imaginaire géographique qui structure le regard comme l’usage que nous faisons du territoire. Et c’est cette idée selon laquelle l’imaginaire géographique serait la matrice de notre présence au, de et par ce monde, que les scientifiques de divers horizons réunis dans ce livre souhaitent explorer en le posant comme un, sinon le principe fondateur de notre condition territoriale.