Le combat du patrimoine à Montréal (1973-2003)

drouingros

 Martin Drouin (2005)

2005, Presses de l’Université du Québec, 400 pages.

Visiteurs et résidants s’accordent aujourd’hui pour affirmer que Montréal est une ville où il fait bon vivre et que cela tient, entre autres, à son « caractère patrimonial ». Si plusieurs se souviennent, tous ne savent cependant pas qu’il a fallu plus de trente ans de luttes urbaines pour fonder cette image par laquelle la métropole se représente aujourd’hui.

Ce combat pour la reconnaissance du patrimoine urbain montréalais s’est d’abord heurté à la volonté du maire de Montréal, Jean Drapeau, de créer une « métropole du futur ». Puis, il s’est saisi de l’institution patrimoniale mise en place par l’État québécois pour enfin s’insérer dans la gouvernance municipale. Depuis la création de Sauvons Montréal sur les ruines de la maison Van Horne jusqu’à l’action d’Héritage Montréal, qui soutient la protection du mont Royal, luttes ardentes et débats houleux révèlent les rouages de la patrimonialisation du paysage urbain.

L’histoire des représentations que propose cet ouvrage s’intéresse au discours de légitimation, à l’argumentaire et à la rhétorique invoqués dans la « fabrication » du patrimoine. Les prétentions identitaires qui sous-tendent cette construction patrimoniale, auxquelles les quotidiens de la métropole ont largement fait écho, ont fourni la matière à cette vaste chronique qui met en scène les discours, gestes et actions par lesquels s’imposèrent et s’opposèrent l’État québécois, les autorités municipales et les acteurs associatifs.

Pour commander : PUQ