La sauvegarde de l’architecture moderne au Québec, au Canada et ailleurs

 Ce colloque vise à faire le point sur la sauvegarde du patrimoine bâti moderne au Québec et au Canada, un héritage qui, ici comme ailleurs, se démarque par son abondance, sa non-familiarité, sa fragilité et son obsolescence. Il vise à poursuivre les échanges amorcés lors d’un congrès tenu en mai 2005 qui réunissait sur le campus de l’université de Trent praticiens, gestionnaires, professeurs et étudiants canadiens concernés par la conservation de l’environnement construit des années 1945-1975, et à les élargir en sollicitant la participation de chercheurs et de professionnels étrangers. Alors que le patrimoine moderne bénéficie de plus en plus de la protection des autorités dans le cadre de l’application des législations culturelles et urbanistiques, certes de manière inégale à l’échelle du pays, et que se multiplient les chantiers de rénovation et de réhabilitation, voire de restauration, sa connaissance reste somme toute limitée, tout comme sa reconnaissance par un large public. La patrimonialisation d’un bâti issu des valeurs de nouveauté et d’universalité de la modernité ne se fait pas sans difficulté, vu son association généralement négative aux traditions et à la préservation de l’héritage collectif à l’aune des identités, de même qu’aux objectifs du développement durable, enjeu sociétal majeur du nouveau siècle. Aussi proposons-nous d’approfondir la réflexion sur les problèmes théoriques, méthodologiques et techniques ainsi que sur les enjeux culturels et politiques posés par la sauvegarde du patrimoine moderne en privilégiant deux thèmes : les défis de la patrimonialisation des bâtiments, ouvrages de génie, ensembles urbains et paysages modernes et la mobilisation de savoirs.

Nous sollicitons des propositions de communication qui :

  •  Contribuent à élargir la connaissance et à préciser l’évaluation patrimoniale de l’architecture et de l’urbanisation novatrices du XXe siècle, en dépassant la problématique historique stylistique, en déplaçant les points de vue disciplinaires ou en élargissant les méthodes d’investigation afin d’inclure entre autres le témoignage des habitants ;
  • Interrogent la pertinence pour le patrimoine moderne des concepts et des normes établis pour la conservation de l’ancien, que ce soit dans le cadre d’une réflexion critique ou d’un projet architectural de rénovation/conservation ou de redéveloppement urbain ;
  •  Favorisent le partage des expertises administratives et techniques développées afin d’assurer la transmission des valeurs patrimoniales et de corriger les défaillances de bâtiments, d’ouvrages et d’ensembles modernes dans le contexte de projets de préservation, de réhabilitation et de restauration, voire de rénovation ;
  • Explorent les liens entre patrimoine moderne et développement durable dans une perspective théorique, historique, projectuelle ou technique ;
  • Interrogent le lien entre la culture moderniste du XXe siècle et la culture contemporaine, présentent des initiatives novatrices visant à faire apprécier le patrimoine moderne par un large public, y compris les communautés de résidents ainsi que les grands et les petits propriétaires immobiliers, ou exposent des activités de formation s’adressant aux étudiants ou aux professionnels en conservation, mais aussi en architecture, en design, en design urbain et en urbanisme.

PROPOSITIONS
Les chercheurs et les professionnels intéressés à soumettre une proposition de communication sont invités à le faire au plus tard le 15 mars 2010. La soumission comprendra un résumé de la communication (titre et descriptif d’un maximum de 300 mots) et une notice biographique d‘un maximum de 20 lignes précisant le nom et le prénom usuels du candidat, ses adresses postale et courriel, le nom de l’organisme auquel il est associé, ses diplômes, les postes qu’il a occupés et ses publications, en retenant uniquement les informations en lien avec le thème du colloque (des documents rédigés en français ou en anglais). Le tout doit être transmis de la façon suivante :

  • à l’attention de France Vanlaethem, professeure, directrice des études supérieures en architecture moderne et patrimoine de l’École de design de l’UQAM, présidente du comité scientifique,
  • soit par courriel à : institutdupatrimoine@uqam.ca,
  • soit par la poste à :
    Institut du patrimoine
    Université du Québec à Montréal
    C.P. 8888, succursale Centre-Ville
    Montréal (Québec) H3C 3P8
    Canada

Le comité scientifique évaluera les propositions et donnera une réponse aux candidats avant le 30 avril 2010. Ceux sélectionnés devront soumettre pour commentaires le texte de leur communication au président de séance au plus tard le 30 juin. Veuillez noter que le comité d’organisation prendra en charge les frais de séjour et de voyage d’un certain nombre de conférenciers.
Pour information : Martin Drouin, coordonnateur, Institut du patrimoine de l’UQAM.
Site Web : http://www.ip.uqam.ca/.

ORGANISATION
Le colloque se déroulera en anglais et en français. Il proposera aux participants cinq demi-journées consacrées à la présentation et à l’échange, que complèteront des visites architecturales.
Le colloque est organisé par

  • École de design de l’UQAM,
  • l’Institut du patrimoine de l’UQAM,
  • le Forum canadien de recherche publique sur le patrimoine,

avec l’appui (à confirmer)

  • de la Ville de Montréal,
  • du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec,

avec la collaboration

  • du Centre d’histoire de Montréal,
  • de Docomomo Québec,
  • de Docomomo Atlantique,
  • de Docomomo Ontario,
  • de la Société pour l’étude de l’architecture au Canada (SÉAC),
  • de la Winnipeg Architecture Foundation (WAF).